Nos producteurs locaux

 rond-fleche

France Halotis

Sylvain Huchette a acquis son savoir-faire lors d’un stage en Australie où il a étudié de façon approfondie les techniques d’écloserie et de culture du mollusque. Il décide lors de son retour en France de s’installer à Plouguerneau et de créer en 2004 France Halotis, spécialisé dans l’élevage de mollusque en eaux profondes, il s’occupe du naissage à la commercialisation des ormeaux aussi connu le nom d’Oreille de Venus. Ces mollusques mettent entre 3 et 5 ans pour atteindre une taille honorable, entre 4 et 9 cm de diamètre, les ormeaux sont autorisés à la pêche à pied du 1er septembre au 14 juin inclus, ils doivent cependant avoir une taille réglementaire (9cm), les pêcheurs sont limités à 20 ormeaux par personne et par marée.

Les vaches de Lesnevez

L’exploitation familiale est installée depuis 1987 et se situe à Plouhinec, à l’époque, il y avait deux productions d’un côté les vaches et de l’autre côté les porcs. Jean-François Le Bot reprend l’exploitation de ses parents lorsqu’en 2015, Ophélie (sa fille) le rejoint sur l’exploitation et après quelques travaux dont un laboratoire de transformation de produits laitiers, une nouvelle race de vaches a fait son apparition : La Jersiaise. L’exploitation en 2016 s’étend sur 100 ha avec 70 vaches laitières, elle prépare et commercialise de la crème, du beurre, des yaourts, du fromage blanc, des glaces et du fromage affinés.

Marinoë

Il y a 29 ans, Patrick et Marie-Dominique Plan créaient Marinoë se situant à Plobannalec-Lesconil. Dans les années 1990, l’algoculture est quasi inexistante, ils deviennent les 1ers en Europe à cultiver cette algue alimentaire. Leur rêve était de cultiver les algues pour en faire des forêts sous-marines, ils veulent préserver la faune et la flore aquatique et regarder la mer comme un jardin dans lequel les algues enrichissent l’alimentation quotidienne. Ils ont un objectif, celui de faire de la culture d’algue sur des longues lignes.

Makurazaki France Katsuobushi

L’usine s’implante à Concarneau en août 2016, elle est spécialisée dans la production de Katsuobushi à partir de bonites. Le Katsuobushi est fabriqué avec des filets de thon Listao (bonite), il est cuit, fumé, séché puis il est transformé en copaux. La succursale est dirigée par Gwenaël Perhirin, ce quimpérois à passé son enfance entre l’Angleterre, l’Autralie et le Japon. Son objectif était de proposer du katsuobushi de haute qualité, grâce à une équipe qui fonctionne en parfaite harmonie, les navires pêchent la bonite à ventre rayé dans l’océean Indien avant d’être affrêté vers le port breton. Après des mois d’essais et de réglage, le premier katsuobushi breton est commercialisé en 2017 à destination de tous les restaurants japonais de l’Europe.

Ty Tropik

Yann Métayer, âgé de 32 ans, lance le projet en juin 2019 avec l’aide de son père Marc, c’est un projet familial sur 6 000 m² sur la commune de Plomeur. Ils proposent plus de 40 variétés de légumes et fruits, les légumes anciens et « classique », mais également une variété originale et unique et le tout 100 % breton, dans l’idée de valoriser et partager leurs savoir-faire au niveau local. Dans l’exploitation, il y a 3 grandes catégories ; la première est la culture ancienne et paysanne venant des propres semences acclimatées et renouvelées chaque année ; la seconde est la culture exotique non chauffé en plein air ou dans un tunnel froid de 400 m² et la dernière la culture d’épice et aromatique venant des quatre coins du monde.

Atelier des saveurs

À l’origine l’emplacement se situant à Bénodet était l’ancienne ferme de ses grands-parents en 1932, puis c’est devenu une crêperie tenue par ses parents et Jean-Marie Guilbault ne se voyait pas exercer son métier ailleurs. En 1985, il ouvre son restaurant et obtient 1 étoile sur le Guide Michelin à l’âge de 25 ans que l’établissement conservera jusqu’à 2002. Après quelques années en tant que restaurateur, il souhaite le fermer et créer un atelier de production artisanale de spécialités gourmandes sucrées et salées avec son épouse Lorren. En 2011, il devient le meilleur confiturier de France, partisan du circuit court ; une partie de ses aliments provient de son jardin (pommes, poires, coings). Plus qu’une vitrine commerciale, c’est un lieu de partage, grâce à ses connaissances des produits, mais aussi de son travail, il propose des visites ou des dégustations à sa clientèle.

Terre de pêche

Emmanuel Garrec est mareyeur, fils de marin pêcheur, en 2009, âgé de 27 ans, il imagine une version marine des paniers de légumes. Il souhaite vendre directement ses poissons et crustacés aux particuliers en assurant la livraison, il s’installe donc d’abord au port de Concarneau et en 2012 après la phase de son expérimentation décide de migrer vers Loctudy avec ses 5 salariés.

Les jardins de Trelen

Les jardins de Trelen ouvre en avril 2016, Christelle Nihouarn et Alexis Lapert se partagent 4.4 ha, et chacun s’occupe de sa partie. Christelle propose une production de petits fruits rouges avec des fraises (la ciflorette, la cirafine), mais aussi les framboises, les cassis, les groseilles-grappes ; elle propose également des plantes aromatiques et des plants pour les tisanes qu’elle produit sur place comme la verveine, la menthe, la mélisse, le thym, la camomille, etc.. et de la cueillette sauvage de sauge, de sureau et d’ortie. Alexis, lui s’occupe de la partie maraîchage et production de légumes, vous sont proposés : poivrons, courgettes, aubergines, butternut, patates douces, une collection de tomate également.

La ferme de Kérautret

Il y a 25 ans, Eric Roussel est le gérant de cette exploitation, il détient 24 ha au cœur du pays bigouden (Tréméoc) et en 2012, il est rejoint par son fils Maxime. Producteur et éleveur bio (porc, canard, bœuf), il nourrit son élevage avec des céréales cultivées sur place, il y a 3 ans, il s’est diversifié en élevant des vaches angus, car ces bovins ont la même philosophie que celle des porcs : laisser faire la nature autant que possible. Il offre donc une large gamme de charcuterie/boucherie, Eric travaille en partenariat avec la ferme de l’Anse du Pouldon, mais on peut également le retrouver sur le marché de Quimper, Pont-l’Abbé, Kérity et Fouesnant.

La ferme de l’Anse du Pouldon

La ferme de l’Anse du Pouldon est une exploitation familiale composée d’une équipe entre 6 et 12 personnes, elle se situe sur la commune de Pont-l’Abbé et créée en 1981. Elle propose un large choix de produits locaux de différents producteurs du sud Finistère, ils se disent drive fermier avec livraison à domicile, car la plupart de leurs ventes se fait via la vente directe sur les marchés, au magasin de la ferme ou directement à domicile. Ils veulent que l’exploitation s’inscrive dans une démarche écologique et qu’elle respecte les principes du développement durable. Des valeurs environnementales , depuis les années 2000, ils travaillent avec le conservatoire du littoral pour préserver les espaces littoraux sensibles et ils sont autonomes à 90 % pour l’alimentation des brebis et les céréales cultivées sur l’exploitation. Des valeurs sociales et économiques, des produits localement consommés, la proposition de vente directe, ils soutiennent l’économie locale depuis 2019 en commercialisant les produits des producteurs et artisans locaux.